LE RENFORCEMENT DES CAPACITES

 

 

NATURAMA est une ONG qui met également l’accent sur le renforcement des capacités des communautés en vue de lutter contre la pauvreté. Pour ce faire, elle cherche à accroître les revenus des populations locales par la valorisation des ressources naturelles. Le renforcement des capacités des populations concerne plusieurs échelles : renforcement des capacités en matière de régénération naturelle assistée (RNA), en matière de gestion participative des forêts, en matière d’éducation environnementale, en matière de suivi écologique, en matière de gestion des feux de brousse, en activités génératrices de revenus (AGR), etc.

Les capacités techniques

L’expérience de NATURAMA en matière de renforcement des capacités techniques des communaités riveraines sur la Gestion Durable des forêts s’est traduite par :

• La réalisation des formations d’adaptation aux activités de gestion durable des ressources naturelles à travers l’organisation de sessions de formations des producteurs (i) en régénération naturelle assistée, (ii) en production de fumure organique, (iii) en fauche et conservation du fourrage naturel, (iv) en production de plants et reboisement, (v) en suivi écologique, ornithologie et dénombrement des oiseaux, (vi) en confection et utilisation des foyers et fumoirs améliorés, etc.

• La réalisation des formations d’adaptation aux responsabilités à travers (i) la formation des élus locaux sur la gouvernance locale des ressources forestières et les législations environnementales, (ii) l’organisation de voyages d’échanges avec les élus locaux, (iii) l’appui à l’animation des sessions des conseils municipaux sur la gouvernance locale des ressources naturelles, (iv) l’appui à la tenue des sessions du forum du parc national de Pô, etc.

• La promotion de l’éducation environnementale à travers (i) l’organisation d’animations scolaires et villageoises sous forme de conférences publiques, de visites d’expériences, de sorties scolaires sur les sites, (ii) de production et de diffusion de documents sur l’éducation environnementale (affichess, fiches pédagogiques sur l’éducation environnementale, films documentaires, bulletins, journal des membres, etc.), (iii) l’élaboration d’un recueil de fiches pédagogiques pour l’éducation environnementale et son expérimentation dans des écoles avec la participation des Ministères chargés de l’Environnement et de l’Education Nationale.

Les capacités organisationnelles

L’expérience en matière de renforcement des capacités organisationnelles des populations riveraines des forêts et des sites d’importance internationale s’est matérialisée par l’appui à l’émegence d’organisations communautaires de gestion des ressources naturelles à travers des appuis divers notamment:

• Au niveau technique: par des formations des organisations communautaires au niveau des forêts et des sites ramsar sur la vie associative, la gestion organisationnelle, les techniques d’animation et de rapportage, l’organisation de voyages d’échanges d’expériences, le dénombrement des oiseaux, les inventaires de la faune, le suivi des habitats, etc.

• Au niveau financier par l’appui à l’élaboration des documents de gestion, la comptabilité, le montage et la gestion des projets, etc.

• Au niveau matériel par l’appui à la construction de sièges d’associations locales, l’équipement de ces associations en matériels audio visuels pour les animations villageoises, l’appui en équipements roulants (motos) et en équipements de suivi écologique (jumelles, télescope, GPS, etc.).

Ces différents appuis ont permis l’émergence d’organisations relais bien organisées et techniquement bien formées pour assurer à long terme des actions de conservation et de développement au niveau des aires de conservation de la biodiversité comme certains sites Ramsar (lac Higa, Mare d’Oursi, Vallée du Sourou).

A titre illustratif, on peut citer les associations Wéog La Viim à Nobéré (Province du Zoundwéogo) et Ga Mo Wigna à Pô (Province du Nahouri), Bissakou-Pou (province du Boulgou), des Comités provinciaux d’Appui à la Gestion du Parc National de Pô dit Parc National Kaboré Tambi (CPAG/PNKT) dans les provinces riveraines du PNKT, des groupes de Site au niveau de la mare d’Oursi, du Lac Higa et de la Vallée du Sourou, temoignent de cette expérience.

A cela il faut ajouter l’appui accompagnement à (i) la mise en place de structures communautaires spécifiques comme les Comités Locaux de l’Eau (CLE) des barrages de Bissiri et de Manga (provinces du Bazèga et Zoundwéogo), (ii) au renouvèlement des structures de la Coordination Nationale des Usagers du Bassin du Niger (CNU/BN-BF).

Dans la lutte contre la pauvreté, NATURAMA met en oeuvre des projets qui visent à dimunuer la pression des populations sur la nature en leur assurant des revenus générés par des activités. L’homme dépend beaucoup de la nature. Les communautés locales y tire la grande partie de leurs ressources. Or, les ressources naturelles ne sont pas illimitées. Pour ce faire, NATURAMA promeut les activités génératrices de revenus au profit des groupements de femmes et des hommes. Dans son approche, elle vaorise également les produits forestiers non ligneux (PFNL) pour renforcer la sécurité alimentaire, la santé et les revenus des populations. La production agricole et animale pour réduire les pressions sur les ressources naturelles participe également de cette vision.

 

 

Nos Partenaires

autorite.pngbangrweogo.pngbf.pngbirdclub.pngbirdlife.pngbto.pngcilss.pngcuicn.pngfao.pngffem.pnggef.pnglpo.pngministere.pngpnud.pngpostcode.pngramsar.pngresad.pngrspb.pngspong.pngtreeaid.pngue.pngunep.pngvogel.pngwetland.pngwwf.png