Des zones humides pour la prévention des risques de catastrophes

Chaque année, le 2 février, la Convention de Ramsar sur les zones humides célèbre la "Journée mondiale des zones humides". ''Des zones humides pour la prévention des risques de catastrophes'' est le thème retenu pour l'année 2017.

Journée mondiale des zones humides

 

Sensibiliser le monde entier à l'importance des zones humides, de leur conservation et de leur utilisation rationnelle. Tel est l'objectif voulu par la Convention de Ramsar en célébrant le 2 février 2017 la Journée mondiale des zones humides sous le thème : "Des zones humides pour la prévention des risques de catastrophes". Les zones humides sont des écosystèmes extrêmement variés, composés de lacs, de mares, de plaines d'inondation, de mangroves côtières, d'étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, etc., dont la profondeur à marée basse n'excède pas six mètres. Elles fournissent un éventail de services importants pour l'homme et pour l'environnement. Selon Martha Rojas-Urrego, Secrétaire Générale de la Convention Ramsar sur les zones humides, « Les zones humides, lorsqu'elles sont bien gérées, peuvent renforcer la résilience des populations aux phénomènes météorologiques extrêmes et aident à atténuer les dommages causés. Les zones humides côtières, telles les mangroves, offrent une protection contre les inondations et font barrage à l'intrusion de sel et à l'érosion. Les zones humides intérieures, comme les plaines d'inondation, les lacs et les tourbières, absorbent et stockent les excédents de précipitations, réduisant ainsi les inondations et retardant le déclenchement des sécheresses. » En dépit de leur importance, il faut reconnaître que les zones humides sont souvent détruites et dégradées.

 

Mare dOursi3

 

Des zones humides de plus en plus détruites et dégradées

Les zones humides constituent des remparts naturels contre les catastrophes. Elles protègent les communautés contre les effets des inondations, des sécheresses et des tempêtes. Cependant, l’action de l’homme sur elles est considérable. Les zones humides sont de plus en plus détruites et dégradées. Selon Martha Rojas-Urrego, « Les derniers chiffres montrent que 64% des zones humides de la planète ont disparu depuis un siècle et que chaque année, nous perdons 1% de celles qui restent. Si les zones humides sont drainées ou dégradées, c’est pour satisfaire la demande croissante en eau et en terres pour l’agriculture, l’industrie et la population urbaine en expansion ».

Pour pallier ces situations de dégradation et de destruction des zones humides, l’information et la sensibilisation s’imposent comme des leviers importants. « Il est crucial que nous soyons de plus en plus nombreux à prendre fait et cause pour les zones humides, que de plus en plus de personnes soient informées de leur valeur et que des mesures plus décisives soient prises pour conserver et restaurer ces écosystèmes précieux », soutient Martha Rojas-Urrego.