Projet SRJS : Un vent de plaidoyer souffle pour la sauvegarde des ressources naturelles

NATURAMA a organisé le mercredi 12 Avril 2017 à Nobéré un atelier technique de lancement des activités du Programme ‘’Ressources Partagées, Solutions Communes’’ devant s’exécuter à Manga, Pô, Nobéré, Guiaro et Ziou. Le projet couvre la période 2016-2020 et met l’accent sur le plaidoyer et le renforcement de capacités des O.S.C. pour une meilleure sauvegarde des ressources naturelles.

 

Atelier Photo de famille

Les ressources naturelles sont en péril. De plus en plus, l’état de la biodiversité se dégrade au Burkina. Les écosystèmes qui contribuent à la disponibilité et à la qualité de l’eau, la sécurité alimentaire des communautés et la stabilité climatique sont de nos jours menacés du fait de l’action de l’homme et des effets de la variabilité et du changement climatique. L’environnement subit les effets négatifs du stress hydrique en saison pluvieuse, alors qu’en saison sèche, l’on enregistre des déficits en eau pour assurer les fonctions productives des végétaux, l’approvisionnement en eau de consommation pour les humains, les animaux et pour les activités de contre-saison. Certaines zones protégées comme le Parc National de Pô dit Kaboré Tambi subissent des empiètements agricoles, des pâturages d’animaux et la surexploitation des produits forestiers non ligneux. A ceci s’ajoutent l’inaction et le faible engagement du Gouvernement et des différents acteurs.

Pour Idrissa Zèba, Directeur Exécutif de NATURAMA, « L’environnement est frappé de plein fouet par la mauvaise gestion des ressources naturelles, la dégradation de ces ressources, la perte de la biodiversité, l’inaction face à certains enjeux, la désertification, les changements climatiques, les pollutions, le gaspillage, etc. Selon le rapport de l’Initiative Pauvreté-Environnement du Burkina, le coût annuel de la dégradation de l’environnement, de l’inefficience et de l’inaction est évalué à environ 21% du PIB, soit 780 milliards de F CFA. Ceci représente 53 000 F CFA par habitant et par année ou l’équivalent de la moitié des dépenses publiques totales annuelles du Burkina Faso. »

Face à ces grands enjeux, certains acteurs du développement ont pris conscience de l’importance d’agir sans plus tarder. C’est ainsi qu’est né le Programme ‘’Ressources Partagées, Solutions Communes’’ à l’échelle du bassin du Nakanbé pour la période 2016-2020. Ce Programme est le fruit d’un partenariat entre l’IUCN Pays-Bas, le WWF Pays-Bas et le Ministère Néerlandais des Affaires Etrangères. Il est mis en œuvre au Burkina Faso par trois O.N.G., à savoir NATURAMA, AGEREF/ Comoé-Léraba et AGED. Il met l'accent sur la gouvernance et la gestion durable des Biens Publics Mondiaux (BPM) notamment l'approvisionnement en eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience climatique.

Le Programme SRJS a pour but de rendre les politiques et les pratiques de gestion des Biens Publics Mondiaux inclusives et vertes. C’est un programme de lobbying et de plaidoyer qui vise à rendre effectif le partenariat public-privé et à assurer une égalité sociale.

 

Atelier ouverture 3

La composante de NATURAMA doit s’exécuter dans les communes de Manga, Pô, Nobéré, Guiaro et Ziou. Pour marquer d’une manière formelle le début de la mise en œuvre de ses activités, NATURAMA a organisé un atelier technique de lancement placé sous la présidence du Gouverneur de la Région du Centre-Sud et le parrainage du Maire de Nobéré. Cet atelier a été un cadre pour présenter le programme SRJS aux acteurs socio-professionnels et politiques de la zone du Parc National Kaboré Tambi. Les modalités de sa mise en œuvre ont été déclinées et les parties prenantes ont été identifiées. Pour le Gouverneur de la Région, Casimir Seguéda, la présence d’un tel projet dans sa Région sera source de développement et de sauvegarde des ressources naturelles. Il a, pour ce faire, inviter « chaque responsable administratif à être disponible et à répondre du mieux qu’il peut aux sollicitations de NATURAMA et des partenaires SRJS afin de leur permettre de jouer leur partition au développement de cette Région. En travaillant ensemble nous gagnons plus qu’en travaillant seul, sans collaboration et sans communication. »

Dans ses objectifs et sa vision, le programme SRJS contribue aux objectifs de la Politique Nationale de Développement Durable du Burkina Faso à travers les axes stratégiques 1 et 3. Il répond également aux Objectifs de Développement Durable, en ces points 5, 6, 10, 12, 13 et 15.

Il sera une plus-value dans la Région Centre-Sud et partout où il sera mis en œuvre car il recherche une synergie dans ses actions, une meilleure gouvernance des ressources naturelles, l’implication des élus locaux et des leaders d’opinion et une forte participation des communautés à leur propre développement.

 

Seydou NACRO