PROJET EA


Projet déjà exécuté : Appui à la gestion durable du Parc National Kaboré Tambi (PNKT) et à l’amélioration des moyens d’existence des populations riveraines » Ecosystem Alliance (EA)

I. Contexte et justification

Le Burkina Faso est un pays sahélien enclavé, situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Les problèmes de désertification sont des préoccupations constantes des producteurs de la zone sahélienne. Aussi, les sécheresses fréquentes ont contribué à fragiliser davantage les écosystèmes, les rendant plus vulnérables à la moindre perturbation et accélèrent le rythme de dégradation des ressources biologiques. Pourtant, la survie des 16 millions d’habitants que compte le Burkina Faso est, dans sa grande majorité, étroitement liée aux ressources naturelles. Le Centre-sud du pays n’est pas épargné par cette situation.

En effet, dans le souci de répondre à leurs besoins vitaux de base (production agricole et pastorale, revenus, énergie domestique), les communautés riveraines surexploitent les ressources naturelles du Parc National Kaboré Tambi et de sa périphérie. Ces pressions menacent dangereusement cet écosystème naturel et alimentent en retour la pauvreté de ces communautés par un processus de dégradation de la base de production.
Face à cette situation quelques initiatives étatiques et des bailleurs de fonds externes ont été développées pour renverser ces tendances de dégradation des ressources. Cependant ces efforts ont été insuffisants ou ont enregistré des résultats mitigés. Ceci pour plusieurs raisons, y compris l’inadéquation des techniques utilisées et le manque de suivi des actions entreprises.

Ainsi, NATURAMA, en collaboration avec l’UICN/Pays-Bas, a exécuté le projet « Appui à la gestion durable du Parc National Kaboré Tambi (PNKT) et à l’amélioration des moyens d’existence des communautés riveraines » pour pallier un tant soit peu les menaces qui pèsent sur le Parc. A travers cette initiative, NATURAMA entend participer activement non seulement à la protection, la restauration du Parc, mais aussi l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines.

Ce projet fait partie d’un Programme dénommé « Améliorer les moyens de subsistance des pauvres et créer une économie inclusive, par une gestion participative et responsable des écosystèmes » découlant d’une Alliance pour les Écosystèmes, qui est un partenariat entre le Comité National de l'UICN aux Pays-Bas, Both ENDS et Wetlands International. Ce programme est présent dans seize (16) pays. Au Burkina Faso, il est exécuté par quatre (4) Associations et ONG (AGED ; AGEREF Comoé-Léraba ; NEW TREE Tiipalga ; et NATURAMA). C’est dans ce cadre que le projet en question a été exécuté (par NATURAMA) sur une durée de 42 mois.

II. Objectifs du projet

Ce projet a eu pour objet de capitaliser sur les œuvres et programmes antérieurs entrepris par NATURAMA avec les populations vivant dans les villages riverains du Parc. Le focus étant :
• Le renforcement des initiatives d’atténuation de la dégradation des terres agricoles et de l’entité parc national de Pô au niveaux des producteurs, des OCB et des élus locaux ;
• • La promotion des activités d’amélioration des revenus par l’appui à la valorisation des PFNL ;
• • La promotion de la Régénération Naturelle Assistée (RNA) à travers la formation et l’encouragement des producteurs à la mise en pratique de cette technique par l’organisation d’un concours sur la RNA.

III. Résultats attendus

A terme, le projet compte engager plus de 3000 ménages dans la restauration d'au moins 6 000 ha de terres cultivables En outre le projet espère restaurer 4500 ha de terres dégradées au sein du Parc grâce à la surveillance, à la mise en défens et à la plantation d’espèces d’arbres utilitaires locales tels que l’arbre de Karité. Il devra aussi améliorer les revenus de plus de 773 femmes et jeunes par la valorisation des produits forestiers non ligneux à travers leur renforcement organisationnel, la mise en relation avec des acheteurs, l’amélioration de la qualité des produits et la facilitation de l’accès au micro crédit par un fonds de micro crédit qui sera déposé à la caisse populaire.
Sur le plan du renforcement des capacités, les populations riveraines seront formées en matière de RNA, de gestion des feux, de promotion de la gouvernance locale, de vulgarisation d’actions d’adaptation aux changements climatiques et de commercialisation des produits forestiers non-ligneux.
Enfin, dans la quête d'un financement long terme pour les communautés et aussi pour le renforcement de capacités de la structure, le projet ambitionne d'explorer le financement carbone pour les initiatives de restauration qui seront entreprises dans le cadre de ce projet. Une formation sur le REDD est prévue pour tous les partenaires d’Ecosystème Alliance au Burkina Faso.

IV. Zones d’intervention du projet

Les activités du projet sont exécutées dans 2 provinces (Nahouri et Zoundwéogo) dans la Région du Centre-Sud. Quatorze (14) villages répartis sur 4 communes sont couverts comme suit :
1. Commune de Pô (Villages de Yaro, Torèm, Pighyiri, Dongo, Mantiongo).
2. Commune de Nobéré (villages de Kougrissincé, Barcé, Donsin, Tewaka, Passintenga).
3. Commune de Guiba (Villages de Wêtenga et Kalinga).
4. Commune de Gogo (villages de Zaptenga, Yambassé).

V. Actions menées

Les actions du projet ont eu pour fondement les points suivants :
• Le renforcement des capacités techniques des producteurs avec des formations ciblées comme la RNA ;
• L’appui à la mise en œuvre d’activité d’atténuation de la dégradation des terres agricoles (mise en pratique de la RNA, la gestion des feux, les opérations de reboisement axée sur les espèces utilitaires néré, karité, tamarin, baobab);
• L’appui à la surveillance du parc en collaboration avec la direction régionale de l’environnement ;
• Le renforcement des capacités de gestion de 75 groupes de femmes et de jeunes dans la collecte, la transformation et la commercialisation des produits forestiers non ligneux ;
• La facilitation de l’accès au crédit aux groupes par la mise en place d’un fonds de micro crédit à la caisse populaire ;
• L’appui à l’intégration des groupes dans ce circuit de certification des produits ;
• L’appui à une meilleure organisation de la filière par la mise en place des unités modernes de transformation du beurre de karité et des graines de néré ;
• L’appui aux communes pour la diffusion des conventions locales ;
• L’appui à la mise en œuvre des plans de gestion des ressources forestières.

VI. Parties prenantes

Pour l’exécution de ce projet, les acteurs concernés ont été entre autres :
- Les groupes d’entrepreneurs de PFNL des quatorze (14) villages que compte la zone d’intervention ;
- Les producteurs engagés dans les quatorze (14) villages ;
- Les élus locaux respectifs des différentes communes auxquelles les villages de la zone d’intervention sont rattachés ;
- Les leaders coutumiers des villages d’intervention ;
- La Caisse populaire du Centre Sud.

VII. Financement du projet

Le présent projet s’inscrit dans le cadre d’une collaboration de NATURAMA avec l’ONG UICN/Pays-Bas et ses partenaires (Both ENDS et Wetlands International). Ainsi NATURAMA a bénéficié d’un appui technique et financier pour la mise en œuvre des activités découlant du projet. Pour sa part, NATURAMA a obtenu un financement de 200 000 euros (environs 130 000 000 Fr CFA) pour toute la durée du projet (42 mois).

 

Nos Partenaires

autorite.pngbangrweogo.pngbf.pngbirdclub.pngbirdlife.pngbto.pngcilss.pngcuicn.pngfao.pngffem.pnggef.pnglpo.pngministere.pngpnud.pngpostcode.pngramsar.pngresad.pngrspb.pngspong.pngtreeaid.pngue.pngunep.pngvogel.pngwetland.pngwwf.png