PROJET PONASI

DECOUVRIR LE PROJET PONASI

Le projet PONASI, acronyme dérivé du complexe qui l’abrite (Pô-Nazinga-Sissili), est un projet s’inscrivant dans le cadre de la gestion durable des ressources naturelles, fauniques, floristiques, aquatiques et sylvicoles. Il est intitulé : « Gestion intégrée et gouvernance partagée du complexe écologique Pô-Nazinga-Sissili (PONASI) au Burkina Faso ».

L’objectif global du projet PONASI est de renforcer de façon durable la conservation des écosystèmes du complexe écologique du PONASI en pérennisant son financement sur le long terme et en garantissant des bénéfices significatifs pour les populations riveraines.

Les objectifs spécifiques sont :

 Consolider les conditions institutionnelles et financières d’une gouvernance partagée entre les pouvoirs publics et les communautés sur les aires protégées du complexe PONASI.

 Permettre de sécuriser les déplacements d’une des dernières populations d’éléphants d’Afrique de l’Ouest.

 Viabiliser des activités économiques compatibles avec la gestion durable de la biodiversité.

Financé par l’Union Européenne, le projet PONASI est mis en œuvre par trois structures :

 L’Association Faune et Développement au Burkina (AFAUDEB) : assure en plus de la coordination du projet, l’exécution des activités sur le terrain dans la zone du Ranch de gibier de Nazinga, de la concession de chasse de la Sissili et du corridor PNKT-Nazinga. L’AFAUDEB est basé à Fada N’Gourma mais a une représentation à Ouagadougou.

 La Fondation des Amis de la Nature (Fondation NATURAMA) : NATURAMA assure l’exécution des activités du projet sur le terrain dans la zone du Parc National Kaboré Tambi (PNKT).

 Le Groupe de Recherche et d’Echange Technologique (GRET) : Il est une ONG française avec une représentation au Burkina Faso. Le GRET apporte son expérience en matière de gestion de projets Union Européenne ainsi qu’un appui technique à la réalisation de certaines activités, notamment les études.

La durée du projet est de trois (3) ans. Débuté en février 2014, le projet PONASI prendra fin en janvier 2017.

Le projet PONASI est à cheval entre quatre (4) provinces : Nahouri, Zoundwéogo, Ziro, Sissili. Dans ces quatre (4) provinces, treize (13) communes sont concernées. Il s’agit de : Sapouy (Ziro), Kombissiri, Toécé, Doulougou (Bazèga), Nobéré, Guiba, Gogo, Goumbousgou (Zoundwéogo), Pô, Guiaro, Tiébélé (Nahouri), Bieha, Léo (Sissili).

La zone d’intervention du projet couvre 280 000 ha d’aires protégées situés dans les régions du centre-sud et du centre-ouest du Burkina Faso. Au nombre de ces aires protégées, nous avons : le Parc National Kaboré Tambi de Pô (155 000 ha), le Ranch de Gibier de Nazinga (91 300) ha, le corridor biologique (300 ha) liant les deux, la concession de chasse de la Sissili (32 700 ha) et les 13 zones villageoises d’intérêt cynégétique (ZOVIC) situées en bordure de ces aires classées et totalisant environ 10 000 ha.

Les bénéficiaires du projet PONASI sont essentiellement les organisations villageoises et les communautés locales riveraines du complexe PONASI. Il s’agit notamment des Conseils Villageois de Développement (CVD), des groupements villageois de gestion de la faune (GVGF) et des associations faîtières de développement. Par ailleurs, les conseils municipaux et leurs bureaux bénéficieront également du projet.

Le budget total du projet est estimé à 1 119 888 Euros, soit 734 598 373 francs CFA avec un financement de l’Union Européenne à hauteur de 895 910 Euros (environ 587 716 960 F CFA, 80% du budget). Le co-financement du projet est assuré par NATURAMA pour un montant 223 988 Euros (environ 146 936 128 F CFA, 20%).

Les résultats attendus à l’issue de ce projet ainsi que les activités y relatives sont les suivants :

 Résultat 1 : Un dispositif de co-gouvernance du complexe PONASI associant communautés villageoises, pouvoirs publics et opérateurs privés est mis en place.

 Redynamiser les structures communautaires de gestion des aires protégées (AP).
 Visiter des expériences significatives de cogestion des ressources naturelles (RN).
 Appuyer la définition et la mise en œuvre participative des règles de co-gouvernance du complexe PONASI et de sa périphérie.
 Mettre en place un dispositif de contrôle et de sanction pour la mise en œuvre des règles de co-gouvernance.

 Résultat 2 : Les ressources naturelles du complexe sont mieux valorisées et contribuent à sa viabilité économique.

 Analyser les filières économiques porteuses.
 Définir les modalités d'exploitation durable et de cogestion des ressources pour le développement d'activités économiques.
 Définir les modes de répartition des revenus engendrés par les activités du PONASI.

 Résultat 3 : Un plan d’affaire des dispositifs de co-gouvernance, et des outils financiers incitatifs sont testés pour viabiliser les activités productives durables.

 Elaborer un plan d’affaire des dispositifs de co-gouvernance.
 Faire une analyse financière des mécanismes de gouvernance existants.
 Elaborer des budgets et besoins de financement des dispositifs de gouvernance.
 Etudier les différentes options potentielles de financement du complexe (fonds fiduciaire, REDD+, etc.).

 Résultat 4 : Capitaliser et partager les résultats de l’expérience développée par le projet.

 Produire un document de capitalisation des acquis du projet en matière de gouvernance et de gestion locale.
 Produire un manuel de lignes directrices sur l’accompagnement à l’appui à la gouvernance locale pour des partages équitables.
 Produire des outils de promotion touristique du PONASI.
 Organiser un atelier national afin de partager les acquis et de promouvoir les modèles de gouvernance et gestion locales.


POURQUOI LE PROJET PONASI ?

Le complexe Pô-Nazinga-Sissili (PONASI) est l’un des complexes écologiques du Burkina les plus riches quand on considère les espèces et les individus fauniques, floristiques et aquatiques. Il est composé essentiellement du Parc national de Pô dit Parc National Kaboré Tambi (PNKT), du Ranch de Nazinga et de la concession de chasse de la Sissili. Le complexe PONASI constitue un refuge et des voies de migration de beaucoup d’animaux sauvages vulnérables ou menacés, en l’occurrence les éléphants. Avec la création des deux corridors, notamment le corridor reliant le PNKT au Ranch de Nazinga et celui reliant le PNKT au Mole National Park au Ghana, les animaux ont la possibilité de migrer entre le Burkina Faso et le Ghana ou entre les différentes aires protégées du complexe.

Cependant, le complexe fait face à des menaces croissantes liées aux importantes pressions anthropiques. En effet, dans le souci de répondre à leurs besoins vitaux de base (production agricole et pastorale, revenus, énergie domestique, etc.), les communautés riveraines exploitent de manière soutenue les ressources de leurs forêts. Ces pressions menacent dangereusement les écosystèmes du complexe et alimentent en retour la pauvreté de ces communautés par un processus de dégradation de la base de production. Dans la dynamique de recherche de solutions pour la gestion durable des ressources du complexe, plusieurs initiatives (projet PAGEN, PAPSA, etc.) ont été mises en œuvre dans la zone. Toutes ces actions, pour la plupart, ont concerné les aires protégées du complexe prises isolement. C’est dans le souci de rendre effective la connectivité entre ces aires protégées, de mieux prendre en compte les intérêts des différents acteurs, de conjuguer leurs droits et attributions, de construire les modalités de gouvernance qui soient légitimes et légales aux yeux de tous, efficaces et viables du point de vue opérationnel et financier pour le complexe PONASI que ce projet a été initié.

Nos Partenaires

autorite.pngbangrweogo.pngbf.pngbirdclub.pngbirdlife.pngbto.pngcilss.pngcuicn.pngfao.pngffem.pnggef.pnglpo.pngministere.pngpnud.pngpostcode.pngramsar.pngresad.pngrspb.pngspong.pngtreeaid.pngue.pngunep.pngvogel.pngwetland.pngwwf.png